Créer un auto-hébergement sous TOS 4

Créer un site web n’a jamais été aussi accessible qu’aujourd’hui. En effet, pour créer un site web, il fut un temps, il fallait savoir coder en html. Aujourd’hui, certains logiciels comme Website X5 vous permettront de créer et maintenir facilement votre site web. Et ce, sans oublier les outils tels que WordPress.

Mais, si vous souhaitez tester votre site web, ou ne pas chercher un hébergeur, et que vous possédez un Nas TerraMaster sous TOS4, voici un tutoriel pour l’auto-héberger. Ce tutoriel peut être adapté à des Nas d”autres marques, en allant dans les menus équivalents.

Il faut tout d’abord connaître l’adresse IP de votre Nas. Pour ça, vous pouvez utiliser un outil comme Advanced IP Scanner, que j’ai présenté dans l’article : http://compactu.legtux.org/2018/08/08/advanced-ip-scanner-pour-voir-ce-qui-est-sur-votre-reseau/. Ce dernier vous affichera tous les périphériques connectés à votre réseau, ainsi que leurs adresse IP.

Ouvrez votre navigateur préféré et saisissez l’adresse IP dans la barre d’adresse.

L’interface de gestion du Nas s’ouvre. Je vous invite à vous connecter et à ouvrir la partie d’ajour des logiciels, en cliquant sur “Applications”, en partant du principe que vous souhaitez créer un site en PHP, avec une base de données.

Une fois dans le catalogue des logiciels, je vous invite à installer trois éléments, “MariaDB” et “PhpMyAdmin”, pour le PHP et la base de données, et “Web Server” pour l’hébergement. Les applications s’installent toutes seules.

Pour commencer, je vous invite à lancer Maria DB qui vous permettra d’activer l’hébergement des bases de données.

Cliquer sur “Activer le serveur MySql”, puis notez, ou modifiez, l’identifiant et le mot de passe de  connexion. Je vous recommande de ne pas laisser “admin” en mot de  passe pour le “root” qui est l’utilisateur qui a tous les droits.

Ouvrez ensuite PhpMyAdmin avec les identifiants de MariaDB, puis créez la (ou les) base (s) dont vous avez besoin. Si vous utilisez WordPress, ces deux étapes seront aussi indispensables.

Maintenant, occupons-nous de la partie hébergement de site web, purement. Cette étape peut être ignorée si vous utilisez WordPress, qui est installable directement depuis “Applications”.

Je vous invite à cocher “Activer le serveur Web”, puis à choisir le répertoire racine du web, que vous aurez créer avant. Vous pourrez aussi changer le N° du port, ce qui facilitera la redirection sur votre routeur.

Il ne vous reste plus qu’à mettre les fichiers de votre site web dans le répertoire que vous avez sélectionné, et à configurer votre routeur pour qu’il redirige les connexions externes vers votre site web, notamment grâce au port. On peut imaginer un port entrant 80 (celui des sites web en général) redirigé vers un port 3316 (qu’on aura configuré dans “Server Web”). Pour parfaire le tout, un petit nom de domaine, ce qui ne coûte pas cher, ou un no-ip(https://www.noip.com/) et le tour est joué. Vous aurez une adresse web à donner, ce qui permettra de tester le site avant de le mettre à la place de celui qui est sur le net, ou de mettre un site auto-hébergé à la disposition de tous ceux que vous voulez.

Un dernier détail, si vous souhaitez le faire pour une lecture publique, je vous recommande d’avoir une connexion rapide (VDSL, Fibre ou au moins ADSL à 25 Mbps).

Bonne création de site web !

 

0Shares